les bienfaits du ginko biloba sont nombreux et reconnus depuis longtemps

Cet arbre préhistorique est utilisé dans différentes médecines traditionnelles. Ce sont les feuilles de ginkgo qui sont utilisées en phytothérapie Il est utilisé pour l'insuffisance vaculaire cérébrale, il est utilisé pour lutter contre les troubles de mémoire. Les vertiges, les acouphènes sont aussi des affections que le ginkgo traite en phytothérapie.
Augmentation du tonus veineux, piégeage des radicaux libres, augmentation de l'irrigation cérébrale...


Le ginkgo est utilisé dans la médecine traditionnelle chinoise depuis l'antiquité.
Les résultats de plusieurs études scientifiques montrent que les potentielles applications médicales de cette espèce sont variées.
Les feuilles contiennent une variété des substances, dont des flavonoïdes, des terpénoïdes, des lactones sesquiterpènes, des ginkgolides et des bilobalides
. La plupart des recherches portant sur les effets du ginkgo sont faites avec un extrait nommé EGb 761, qui contient 24% m/m de glycosides de flavone et 6% m/m de terpènes de lactone

Les effets du ginkgo sur l’organisme sont nombreux, mais certaines croyances concernant ses vertus thérapeutiques demeurent à ce jour infondées. Parmi les effets observés, notons une activité antioxydante, une augmentation du débit sanguin notamment cérébral, une potentialisation des neurotransmetteurs et une modulation du métabolisme du glucose.

Riche en flavonoïdes, l'extrait de feuilles de ginkgo est un puissant antioxydant avec des propriétés neuroprotectrices. C'est pourquoi on pense qu'il pourrait avoir un effet bénéfique pour diminuer les pertes de fonctions liées au vieillissement.

On lui attribue parfois des vertus protectrices contre la maladie d'Alzheimer ou la démence, mais aucune différence significative n'a été démontrée entre l'effet de traitements d'extrait de G. biloba et un placebo.

Médecine chinoise et Ginkgo



Les feuilles contiennent une variété des substances, dont des flavonoïdes, des terpènes, des lactones sesquiterpènes, des ginkgolides et des bilobalides. La plupart des recherches portant sur les effets du ginkgo sont faites avec un extrait nommé EGb 761, qui contient 24% m/m de glycosides de flavone et 6% m/m de terpènes de lactone.
En 1932, Furukawa isola les premiers terpènes du ginkgo. Ceux-ci comprennent des triterpènes, des caroténoïdes, des polyprenols, des mono- et sesquiterpènes et des terpènes trilactones. Ces derniers regrouprent les ginkgolides et le bilobalide 12. Elias James Corey, Prix Nobel de chimie, fit la synthèse du ginkgolide B.